La sambuque

Machine précédente                                                                                                               Machine suivante

LA COLLECTION    >    Les instruments de musique de la Grèce antique    >   

La sambuque


Cet instrument à cordes sensuel accompagnait les symposiums (banquets) et les cultes orgiaques. Sa forme rappelle celle de la machine de guerre du même nom (parfois orthographié sambyque, et montée sur un navire). Il fut probablement inventé par le poète Ibycos au 6e siècle av. J.-C. et selon la tradition, son premier exécutant fut Sybillis, une musicienne ambulante.

Il se composait d’une caisse de résonance en carapace de tortue ou en bois de même forme et d’un long manche en bois recourbé. Il comportait généralement huit cordes, fixées à un cordier caché sous la membrane de cuir couvrant la caisse, et sur le manche par des clés permettant de l’accorder.

Le musicien (généralement une femme) pinçait les cordes avec les doigts des deux mains.

Sources: M.L. West, «Ancient Greek Music»; Curt Sachs, «The History of Musical Instruments»; Plutarque «De la musique»; Athénée de Naucratis, «Les Deipnosophistes»; Julius Pollux, «Onomasticon»; Nicomaque de Gérase, «Manuel d’harmonique»; Aristoxène de Tarente, «Sur les instruments».