L'hydraule (orgue hydraulique) de Ctésibios (L'ancêtre de l'orgue contemporain)

Machine précédente   n°7   n°8 dans la liste des machines et instruments les plus connus  n°9  Machine suivante

LA COLLECTION    >    Les instruments de musique de la Grèce antique    >   

L'hydraule (orgue hydraulique) de Ctésibios
(L'ancêtre de l'orgue contemporain)


Le premier instrument à clavier au monde a été inventé par Ctésibios au 3e siècle av. J.-C. Il se composait:

a) de deux cylindres à air (de type compresseur à piston),

b) du « pnigeus » qui régulait la pression de d'air pour la maintenir constante,

c) du clavier, et

d) des tuyaux d'orgue.

Les cylindres de compression, actionnés manuellement comme pour un harmonium, étaient placés de part et d'autre du pnigeus et étaient munis de soupapes anti-retour dont le clapet était porté par deux dauphins en bronze, qui agissaient lorsque les leviers faisaient reculer le piston.

Le pnigeus se composait d'un entonnoir inversé dont la partie basse était immergée à petite distance du fond d'un récipient cylindrique empli d'eau. L'air des deux cylindres était conduit à la jonction de tubes dont l'un descendait vers le sommet du cône du pnigneus, l'autre montait pour conduire l'air (à pression constante), vers le distributeur du clavier. La constance de la pression d'air était atteinte par suite de la fuite de l'air superflu au fond de l'entonnoir. Ceci assurait la stabilité des notes de musique, dont la fréquence dépendait seulement de la longueur de chaque tuyau d'orgue (auloi).

Le clavier comptait 24 touches qui contrôlaient chacune un clapet en bronze alimentant l'un des 24 tuyaux, de longueur inégale (comme pour l'hydraule, orgue hydraulique de l'ancienne Dion) qui produisaient deux octaves complètes d'une sonorité exceptionnelle.

Le rappel des touches et des clapets était assuré par des lamelles souples en bois d'érable.

Sources: Vitruve, «Sur l'architecture - X» ; Héron d'Alexandrie, «Pneumatique - A 42»