Le métier à tisser vertical mycénien La tapisserie de Pénélope

Machine précédente                                                                                                               Machine suivante

LA COLLECTION    >    La technologie textile de la Grèce antique    >   

Le métier à tisser vertical mycénien
La tapisserie de Pénélope


(Selon des détails d’un skyphos de Chiusi, la chaîne selon le cratère de Pristicci, la disposition des poids de tissage selon un lécythe de New York).

Il se composait d’un chevalet à quatre pieds, de deux rouleaux cylindriques horizontaux en bois (les ensouples), l’un placé en haut (l’antion) qui portait les fils de chaîne et recevait la nappe tissée, et l’autre au bas (le kairos). Pour assurer la tension des fils de chaîne, chacun portait, à la partie inférieure du métier, un poids en terre cuite, en plomb ou en pierre, de forme pyramidale.

Le fil de trame était inséré à l’aide d’un bâton cylindrique en bois (kanon) jouant le rôle de navette, que la tisseuse passait en alternance entre les fils de chaîne. La trame était poussée de bas en haut et le tissu était enroulé autour du rouleau supérieur.

Echelle: 1/1

Sources: la construction repose sur les informations iconographiques relevées sur 23 vases antiques différents qui se complètent mais qui aussi se contredisent parfois. John Boardman, «Les vases athéniens à figures noires» ; John Boardman, «Les vases athéniens à figures rouges» ; Iris Tzachili, «Le tissage et les tisserands dans la mer Égée préhistorique, 2000-1000 av. J.-C.»