Le gastrophète Une arbalète de l’Antiquité

Machine précédente                                                                                                               Machine suivante

LA COLLECTION    >    Les machines de siège de la Grèce antique    >   

Le gastrophète
Une arbalète de l’Antiquité


Dans les batailles terrestres, la portée d'une arme a toujours été un facteur essentiel de la victoire. A distance, un archer l’emportait sur un fantassin et son épée. Toutefois, la portée de l'arc classique était assez limitée. La longueur de tension de l’arc ne pouvait dépasser la distance entre la main tendue et l'épaule de l'archer et la force de traction sur la corde ne pouvait dépasser la moitié de son poids. Ces deux limites ont cependant été repoussées avec l'invention du gastrophète (parfois nommé gastraphète), ancêtre de la catapulte et de l’arbalète.

Il s'agissait d'une arbalète primitive que le soldat armait en l'appuyant entre son estomac («gastro») et un appui solide (le sol par exemple). Cet engin fonctionnait donc comme un arc, avec un plus grand déplacement et une plus forte tension de la corde. Il était constitué d'un arc assez rigide, muni d'une corde non élastique (comme tous les arcs de l'Antiquité) monté horizontalement sur un boîtier (le syrinx) dont les deux côtés portaient une crémaillère. Une pièce coulissante en queue d’aronde (l’arbier) était placée dans la rainure du boîtier. Elle portait le mécanisme qui capturait la corde et la relâchait (détente) et, de chaque côté, un cliquet qui s’enclenchait dans les dents de la crémaillère.

Le tireur tendait la corde à deux mains, le boîtier appuyé sur son ventre. La glissière se déplaçait vers l’arrière, les cliquets l’empêchant de revenir brusquement vers l’avant. Quand elle était verrouillée en position tendue, le tireur disposait un trait (lourde flèche) dans la rainure axiale semi-circulaire dont la coulisse était munie. En débloquant le mécanisme, la corde sous tension libérait son énergie et propulsait le trait.

Source: Héron d'Alexandrie «Belopoeica» (les machines de jet).