Signaux de feu et relais de fanaux Le premier système de télécommunication chiffré

Machine précédente                                                                                                               Machine suivante

LA COLLECTION    >    Les télécommunications dans la Grèce antique    >   

Signaux de feu et relais de fanaux
Le premier système de télécommunication chiffré


Voici une méthode ingénieuse pour transmettre des messages visuels lettre par lettre sur plusieurs kilomètres, notamment en montagne. Elle reposait sur une méthode combinatoire de signaux de torches allumées, inventée par Cléomène et Démocrite au 3e siècle av. J.-C.

Ce système peut être décrit comme un télégraphe numérique (à base 5 et de 2 bits), précurseur de la technologie d'aujourd'hui. Il faudra attendre le 16e siècle de notre ère pour voir de nouvelles tentatives dans ce domaine. Auparavant, on utilisait déjà de façon relativement simple des signaux de feu convenus d’avance et des relais de fanaux. C’est ainsi que Sinon, compagnon de Palamède, reçut le signal d’ouvrir le cheval de Troie, et que l'annonce de la chute de Troie aurait été transmise à Mycènes en une nuit (Eschyle, «Agamemnon»).

Les relais étaient érigés sur des sites soigneusement choisis en montagne. Chaque relais se composait de deux murs à hauteur d'homme, chacun étant muni de 5 porte-torches, ce qui permettait de placer jusqu'à 5 torches allumées sur chaque mur simultanément. Les deux murs étaient séparés par un poste d’observation appareillé de tubes binoculaires (un pour le mur de gauche, l’autre pour le mur de droite) qui, sans être des télescopes, assuraient par réflexion une légère amplification de la lumière permettant au relais «récepteur» de mieux distinguer les signaux des fanaux de l'émetteur.

En outre, les deux opérateurs avaient à leur disposition 5 tablettes inscrites portant les lettres de l'alphabet grec, à raison de 5 sur chaque tablette (et 4 sur la dernière, l’alphabet grec comptant 24 lettres). Les torches visibles sur le côté gauche de l'émetteur déterminaient le numéro de la tablette utilisée. Les torches de droite précisaient la position de la lettre sur cette tablette. Pour commencer l’émission d'un message, l’opérateur émetteur mettait deux torches en place, et le «récepteur», confirmait en faisant de même, puis les deux opérateurs faisaient descendre toutes les torches. Ensuite, par exemple, quand deux torches étaient mises en place sur le mur de gauche et quatre sur le mur de droite, nous avions la transmission de la lettre «I»

Echelle: 1/10 - Source: Polybe «Histoire X, 45-47»