Un engin de levage mobile en translation

Machine précédente                                                                                                               Machine suivante

LA COLLECTION    >    Les engins de levage des Grecs de l’Antiquité    >   

Un engin de levage mobile en translation


Ce type de chèvre à haubans était monté sur des galets pour pouvoir être déplacé latéralement. De ce fait, toute la structure était rassemblée sur une plateforme mobile. Les pieds des deux gros mâts (les hanches) venaient s’articuler au bord de la plateforme. Les treuils (utilisant des cabestans et des palans) qui assuraient l’inclinaison de la chèvre en occupaient l’autre extrémité. Le frottement aux extrémités du tambour suffisait à assurer la stabilité de l’ensemble. On utilisait les treuils notamment lorsque la chèvre devait être déplacée.

Pour monter ou descendre la charge, on employait un treuil à tambour horizontal monté sur les hanches et mû par un cabestan dont les bras de levier étaient amovibles. Ce système était associé à un palan (tripastos) pour augmenter la capacité de charge de l’engin.

Source: Vitruve, «Sur l’architecture - X»

SOURCES: "Vitrouvius, On architecture X"