Méthodes de suspension des pierres pour le levage

Machine précédente                                                                                                               Machine suivante

LA COLLECTION    >    Les engins de levage des Grecs de l’Antiquité    >   

Méthodes de suspension des pierres pour le levage


Pour élever les pierres, on utilisait des cordes résistantes et un crochet de levage. Des morceaux de bois étaient disposés sur la charge pour que la corde ne vienne pas en frotter les arêtes. Différents systèmes de fixation ingénieux furent mis au point afin de pouvoir passer la corde autour de la pierre, de la maintenir et de pouvoir la dégager après la mise en place:

A) Système d'attache au moyen d'un passage intérieur à la pierre: trous verticaux traversants, rainure au bas de la pièce, le tout formant des passages de câble en U (Olympie, Delphes, Aphaïa, etc.).

B) Système d'attache sur des tenons latéraux (bossages) qui étaient généralement éliminés lors des travaux de finition du bâtiment (Parthénon, Propylées, etc.).

C) Système d'attache au moyen de rainures latérales et au bas de la pierre formant une gorge en U (Sélinonte, etc.).

D) Système d'attache au moyen de rainures taillées en forme de U sur les faces des extrémités de la pierre (Agrigente, Aphaïa, etc.).

E) Système d'attache au moyen d'une louve en deux parties (non articulée) prenant prise dans des encoches taillées à la face supérieure de la pierre (Parthénon, Olympie, Delphes, Epidaure, etc.).

F) Système d'attache par louve articulée dont les pinces prennent prise sur des encoches spécialement taillées à la face supérieure ou sur les côtés de la pierre, la force de levage assurant le serrage (Sounion, etc.).

G) Système d'attache par clavetage, dans un logement trapézoïdal taillé à la face supérieure de la pierre. L’attache est composée de deux pièces métalliques, ou (plus rarement) en bois. La clavette trapézoïdale est insérée dans l’encoche, et la cale plate est ajoutée ensuite pour l’empêcher de ressortir de son logement. La force de levage assure le serrage (Sicile). Pour la suspension, la clavette était munie d’un crochet ou d’un œil. Au cours de la période post-hellénistique, on utilisa aussi ce système avec trois composants, à savoir deux clavettes trapézoïdales placées dos à dos, la cale étant glissée ensuite entre les deux.

Sources: A. Orlandos «Les matériaux de construction des anciens Grecs (I & II)» ; Manolis Korres «De Penteli au Parthénon».