Les treuils

Machine précédente                                                                                                               Machine suivante

LA COLLECTION    >    Les engins de levage des Grecs de l’Antiquité    >   

Les treuils


Ils étaient principalement constitués d’un gros tambour de bois autour duquel s’enroulait la corde liée à la charge. Selon le principe du cabestan, on les faisait tourner à l’aide de bras de levier amovibles ou non, insérés dans des trous radiaux. Ils étaient fréquemment associés à des jeux de poulies (plus rarement à des roues dentées ou des vis sans fin) afin d’accroître leur puissance et de réduire l’effort de manœuvre.

Les treuils pouvaient être fixés au sol, arrimés à un poteau vertical solidement planté dans la terre. Montés sur les échafaudages, ils étaient placés sur des poutres horizontales et munis de galets afin de pouvoir se déplacer latéralement sur celles-ci, à la manière d’un pont roulant.

Sources: Vitruve, «Sur l’architecture - X,1-2» ; Héron d’Alexandrie, «Mécanique» ; Pappos d’Alexandrie, «Mécanique».